Roy ADZAK

Reading - 1927

BIOGRAPHIE

ADZAK Royné à Reading, en Angleterre, en 1927 et décédé à Paris, en 1987.
 

Fils de Reginald Wright, prestidigitateur, et de Ivy Hawkins, Royston Wright étudie d’abord à la Reading Grammar School puis à la Reading University en Angleterre, où il obtient un diplôme en génie civil. Après quelques années passées en Nouvelle-Zélande, il étudie de 1951 à 1954 la sculpture et la photographie à l’East Sidney School à Sidney. Il s’intéresse en particulier aux empreintes laissées dans le sable du désert et à l’art aborigène. S’ensuit un voyage en Inde, puis en Afghanistan où il participe à des fouilles archéologiques. Soigné par une famille, il adopte son nom, Adzak, qu’il conservera toute sa vie. 

De retour en Europe, il poursuit son travail sur les empreintes archéologiques, la fossilisation et les formes en négatif et positif. En 1962, il s’installe à Paris et s’oriente toujours plus vers les empreintes en négatif et leurs incidences avec la lumière. À la fin des années 1970, s’intéresse à la déshydratation du vivant (végétaux et animaux), et développe une série intitulée l’homme anthropométrique, où il prendra de toutes les manières possibles les mesures de son corps. En 1980, il réalise une centaine de portraits des Rolling Stones dont certains illustreront leur album Emotional Rescue

Roy Adzak a exposé dans de nombreuses expositions collectives comme personnelles. Il a été entre autres représenté par les galeries Ileana Sonnabend, Iris Clert, Michel Vidal et Mathias Fels à Paris, et Lanzenberg à Bruxelles. Ses œuvres sont conservées au Victoria and Albert Museum, au Centre Pompidou, au Dallas Museum et au Guggenheim Museum de Venise. Un musée-atelier situé à Paris dans le 14ème arrondissement est consacré à son œuvre. 

ŒUVRE(S) EXPOSÉE(S)